Info en direct    17/08/2018

Le coût de la scolarité en baisse de 3 %, selon la CSF
L'enquête annuelle de la Confédération syndicale des familles (CSF) révèle que...  lire la suite
Le prélèvement à la source facilité pour les petites entreprises
Dans un entretien publié ce vendredi au "Courrier Picard", Gérald...  lire la suite

Articles de Août 2018




Un FCPR éligible à l'assurance-vie

Idinvest vient de lancer le FCPR IPVE 3, à destination du grand public et éligible à l'assurance-vie. Ce véhicule d'investissement de type « capital-transmission » se veut plus souple pour l'assureur pour trois raisons : une durée de vie fixée à 99 ans, comme pour un OPC classique; une valeur liquidative hebdomadaire; et surtout des fenêtres de liquidité à partir de la quatrième année d'existence du fonds. Sur ce troisième point (les rachats en cas de force majeure sont possibles à tout moment), l'épargnant peut se désinvestir à la fin de chaque trimestre de l'année civile en ayant alerté le gestionnaire deux mois au préalable. Autre condition, les sorties cumulées lors de ces fenêtres sont limitées à 5 % de l'actif. Luc Maruenda, Partner, Head of Private Client Solutions, précise : «Cette liquidité ouverte dès fin 2022 sera assurée par l'équipe de gestion qui via le mixte de titres en portefeuille bénéficiera d'une bonne visibilité grâce à des cycles d'investissement courts, de trois à cinq ans. Contrairement à un produit fermé, la gestion sera plus simple, car non contrainte par des horizons d'investissement définis par un cadre réglementaire et/ou fiscal». L'actif du fonds sera constitué à 60 % de dettes privées et à 40 % d'investissement en secondaire, c'est-à-dire dans le cadre de rachats de participations minoritaires sur des sociétés faisant l'objet de LBO. L'objectif est de collecter 300 à 400 M€ sur les quatre premières années et de constituer un portefeuille d'environ cent-cinquante lignes. «Comme pour nos autres fonds grand public, il investira aux côtés de nos véhicules institutionnels, ce qui permet, par exemple, d'accéder à des émissions de l'ordre de 30 à 50 M€, ce au même moment, aux mêmes conditions et au même prix», affirme Luc Maruenda. Les sociétés visées sont des grosses PME valorisées entre 20 et 500 M€, rentables, disposant de fonds d'investissement au capital, le tout avec une forte diversification sectorielle et sur la zone euro, plus particulièrement l'Europe continentale. Les gérants visent des opérations délivrant un rendement de 7 à 8 % brut pour la partie dette privée, et des performances de 12 à 14 % pour la partie capital, soit un rendement final compris entre 5 et 10 %. Sur un compte-titres, le fonds est accessible à partir de 20 000 € (avec exonération des plus-values en cas de détention de plus de cinq ans) ; pour l'assurance-vie, le seuil sera plus bas (car la part des FCPR dans un contrat est réglementairement limitée à 10 %) et variera en fonction des assureurs.


Numero 813 (juillet - 2018)

Retour à la liste des articles