28
novembre 2020

Location courte durée

Actualité
Outils
TAILLE DU TEXTE

Les temps sont durs pour les locations meublées touristiques situées dans les grandes agglomérations… Selon une étude PAP, un propriétaire sur trois a d’ores et déjà décidé d’y renoncer ou s’apprête à le faire. Seuls 38 % affirment souhaiter continuer dans cette voie. C’est en région parisienne que ce retournement est le plus marqué, avec 12% de retrait, contre 6 % en province. De plus, un quart des propriétaires franciliens s’interrogent sur la suite à donner, contre 19 % en province. Enfin, seuls 29 % déclarent vouloir continuer en région parisienne contre 45 % ailleurs. Explications? Le coup d’arrêt porté par la pandémie au tourisme international et aux déplacements d’affaires affecte davantage Paris, qui ne bénéficie pas du report des séjours de la clientèle française contrairement à Nice, Marseille, Bordeaux ou Toulouse. A l’appui de leur souhait d’abandonner la location de courte durée, 64% des propriétaires invoquent le manque de réservation (70 % en Ile-de-France). Suivent la complexité logistique (42%), les contraintes réglementaires (39 %) et les dégradations (27 %). La situation est d’autant plus problématique qu’une majorité de propriétaire a investi à crédit. Près de trois quarts des biens seront finalement passés en location longue durée, en meublé pour 66 % d’entre eux.
Notons qu’en province, près d’un tiers des propriétaires est enclin à opter pour une stratégie mixant location classique à l’année avec un bail type étudiant, et location saisonnière en été.

Articles sélectionnés pour vous

Dans la même rubrique
logo lbf