L'ISR s'impose

Actualité
Outils
TAILLE DU TEXTE
Article paru dans le magazine n°: 833

Pour la troisième année, l’AFG (Association française de la gestion financière) a publié ses statistiques sur l’investissement responsable de la gestion d’actifs française, en collaboration avec le Forum pour l’investissement responsable (FIR), et en distinguant les offres ISR et les autres approches prenant en compte les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (soixante-quatorze sociétés de gestion ont répondu à l’enquête en 2019).

Cette troisième édition confirme la progression constante de l’investissement responsable dans la gestion d’actifs et l’évolution positive du poids des fonds ISR au sein de cette approche : à périmètre constant, les encours ISR progressent de 32 % sur un an et ceux des autres approches ESG de 21 %. A fin 2019, l’encours de l’investissement responsable s’établit à 1 861 milliards d’euros, dont 546 milliards d’euros d’encours ISR et 1 315 milliards d’euros d’encours des autres approches ESG (fonds thématiques ESG, fonds d’intégration des critères ESG, fonds d’engagement, fonds solidaires, fonds d’impact investing).

Les mandats de gestion et les fonds dédiés représentent 66 % des encours d’investissement responsable (soit 1 229 milliards d’euros), ce qui confirme le caractère à prédominance institutionnelle de ce marché.

Le niveau élevé de la collecte montre l’intérêt des institutionnels et des particuliers pour l’ISR et les fonds spécialisés sur des thématiques durables. Dans un marché en décollecte l’an passé, les flux nets ont été positifs pour les gestions ISR à +33 milliards d’euros. Au global, l’encours des gestions ISR représenterait près de 15 % des encours gérés en France.

60 % des encours et du nombre des fonds ISR publient désormais des indicateurs de performance sur les piliers environnement, social, gouvernance et droits humains et la surveillance des controverses ESG dont font l’objet les entreprises se généralise progressivement à l’ensemble des actifs gérés par les sociétés de gestion. Les auteurs de l’étude observent également un fort développement des stratégies de sortie du secteur du charbon (75 % des encours gérés) et des énergies fossiles non conventionnelles (50 % des encours gérés). Enfin, l’encours des Green Bonds, dont les investissements sont fléchés vers des projets présentant un impact positif pour le climat et/ou l’environnement, gérés en France par les sociétés de gestion répondantes à l’enquête, s’élève à 43,1 milliards d’euros.

Articles sélectionnés pour vous