16
mai 2022

Miser sur le potentiel de l’hydrogène

Les produits
Outils
TAILLE DU TEXTE

CPR Invest-Hydrogen, tel est le nom du dernier fonds thématique et dédié au climat lancé par CPR Asset Management. Une solution actions internationales qui investit sur l’ensemble de la chaîne de valeur.

Emmanuelle SéeFin novembre 2021, CPR Asset Management lançait CPR Invest-Hydrogen (article 9 SFDR), un fonds dédié à l’hydrogène, vecteur d’énergie et moyen de stockage de l’énergie, et qui entre dans sa gamme de solutions dédiées au climat (2 milliards d’euros d’encours). Malgré sa création récente, le fonds dispose d’ores et déjà de plus de 550 millions d’euros d’encours, notamment avec 200 millions d’euros levés en Italie avant même le lancement du fonds, via un partenariat avec Unicredit. « Ce fonds apporte une réponse au défi de l’urgence climatique, explique Emmanuelle Sée, sa gérante. En effet, il convient d’agir maintenant pour parvenir à l’objectif « net zéro »2050. Pour cela, il faut baisser les émissions de carbone de 50 à 80 % d’ici 2030 selon l’IEA. Dans ce scénario, l’hydrogène est une solution centrale, puisqu’il s’agit de la seule technologie viable pour décarboner les industries, notamment les industries lourdes (acier, ciment, aluminium, etc.). La guerre en Ukraine rend nécessaire son développement, lequel a été boosté par la Commission européenne. Le consensus est réel entre les entreprises privées et le public. Les récentes évolutions technologiques ont renforcé la pertinence d’investir sur cette thématique. Elles permettent désormais de gérer l’intermittence des énergies renouvelables, puisque l’hydrogène permet leur stockage sur très longue durée. Enfin, des baisses de coût significatives ont été observées et d’autres importantes sont à venir. Le prix de l’hydrogène vert est aujourd’hui moins élevé que l’hydrogène gris. »

De l’amont à l’aval

CPR Invest-Hydrogen est un fonds actions internationales qui investit sur toute la chaîne de valeur, de l’amont à l’aval. En effet, l’écosystème a été décomposé en quatre dimensions :
- la production d’énergie verte, à savoir l’éolien et le solaire – ces entreprises sont essentielles pour produire de l’hydrogène vert ;
- les technologies et composants : membranes, matériaux, piles à combustible, électrolyseurs, etc. ;
– la production, le stockage et la distribution d’hydrogène ;
- et les utilisateurs finaux, notamment les secteurs de l’automobile, du transport maritime, du ferroviaire ou encore de l’industrie.
Le fonds doit être composé d’au moins 60 % de valeurs issues des trois derniers domaines, représentant les dimensions au cœur du thème. Pour intégrer le portefeuille, une valeur doit répondre à trois critères. Pour Emmanuelle Sée, « Il doit exister une réelle matérialité du thème au sein de l’ entreprise : le stade de la R&D doit être dépassé, avec des projets concrets mis en place. Deuxièmement, l’intentionnalité du management doit être réelle avec des projections claires à court-moyen terme, 2025–2030. Enfin, l’entreprise doit avoir une réelle contribution dans tout l’ écosystème, ce qui est essentiel pour une thématique émergente comme l’hydrogène. Toyota est un bon exemple car l’ entreprise fabrique des voitures à hydrogène (Mirai) et conçoit égale- ment des composants pour les piles à combustible et pour l’industrie des poids lourds. »

Un portefeuille diversifié

Au total, deux cent-soixante valeurs composent l’univers d’investissement. De cet univers sont exclues une soixantaine de valeurs ne répondant pas aux critères ESG de CPR AM, notamment avec un regard spécifique sur l’utilisation intensive de l’eau dans le cas des électrolyseurs. Puis, les gérants réalisent leur sélection de valeurs selon leurs vues fondamentales et construisent un-la production, le stockage et la distribution d’hydrogène;-et les utilisateurs finaux, notamment les secteurs de portefeuille. Celui-ci, composé de soixante à quatre-vingts lignes, contient principalement des moyennes capitalisations, avec un bile, du transport maritime, du ferroviaire ou encore de l’industrie. Le fonds doit être composé d’au moins 60 % de valeurs issues des trois derniers domaines, représentant les dimensions au coeur du thème. Pour intégrer le portefeuille, une valeur doit répondre à trois critères. Pour Emmanuelle Sée, « Il doit exister une réelle matérialité du thème au sein de l’entreprise:le stade de la R&D doit être dépassé, avec des projets concrets mis en place. Deuxièmement, l’intentionnalité du management doit être réelle avec des projections claires à court-moyen terme, 2025–2030. Enfin, l’entreprise doit avoir une réelle contri-biais sur l’Europe et l’Asie, deux zones en pointe sur l’hydrogène. « Il s’agit d’une gestion très active car l’univers d’investissement est très dynamique et nous intégrons régulièrement de nouveaux acteurs, note Emmanuelle Sée. Notre diversification au sein de la chaîne de valeur de l’hydrogène permet de maintenir un profil de rentabilité raisonnable. Cela nous distingue donc des ETF liés au thème qui sont concentrés, en étant exposés sur quinze à trente valeurs. » Le fonds est d’ores et déjà référencé sur les plates-formes BNP Paribas Cardif, Ageas Patrimoine, Vie Plus ou encore Axa Thema.

 

 

Articles sélectionnés pour vous

Dans la même rubrique
logo lbf

Sociétés citées